Chronique de Michel et Mariette

L’hiver et les mulots…

Le printemps arrive, la neige est partie et maintenant nous voyons les dommages que les mulots causent parfois à la base de nos arbres et arbustes.

Ces ravageurs grugent l’écorce à la base de nombreuses plantes. Celles qui sont les plus fragiles: pommiers et autres arbres fruitiers, tilleuls, érables et de nombreux autres arbres, weigelia, spirée et bien d’autres variétés d’arbustes.

Les rosiers – Ce qu’il faut savoir

Il existe, et nous le savons tous très bien, une multitude de variétés de rosiers, probablement des dizaines de milliers. Sans tous les connaître, il faut savoir que certains sont rustiques, donc ne nécessitent pas ou peu de protection hivernale, d’autres très peu rustiques exigent donc une bonne protection hivernale et certains entre le deux demandent une protection plus légère.

Les hibiscus vivaces, vous connaissez?

Nous possédons ou avons tous possédé un Hibiscus que l’on rentre à l’intérieur avant qu’il ne gèle et lorsque cultivé avec beaucoup de lumière fleurit une bonne partie de l’hiver. Nous parlons ici de l’hibiscus tropical.

Vous serez peut-être surpris d’apprendre qu’il existe aussi une variété d’hibiscus qui survit à nos hivers. Elle se présente comme une plante vivace fleurissant d’août à septembre-octobre.

Une fine herbe méconnue: le Stevia

Gouttez à une feuille et vous serez surpris. Elle est beaucoup plus sucrée que le sucre, jusqu’à 30 fois plus sucrée, mais sans en être. Une fois les feuilles séchées et mis en poudre, vous l’utilisez comme si c’était du sucre. On dit qu’il suffit de 1½ à 2 c. à thé de poudre verte faite de feuilles pour remplacer 1 tasse de sucre de canne.

Pour en finir avec la pourriture apicale de la tomate

Souvent, ce sont des maladies fongiques qui attaquent les feuilles et les fruits qui deviennent mous, aqueux et finissent par pourrir. Il existe également des maladies virales, moins visibles, mais qui réduisent le rendement.

Bien que tous les jardiniers connaissent le problème de la pourriture apicale, peu se doutent que ce dernier n’a rien à faire avec une maladie. C’est un problème physiologique: une carence en calcium, causée par un arrosage irrégulier, est la cause de ce problème très commun.

Les plantes endommagées par l’hiver…

Nous nous rappelons tous combien l’hiver passé a été pénible: pas beaucoup de neige en janvier et février et excessivement froid. Le gel est descendu jusqu'à 7 pieds. Nombreux ceux qui ne se rappellent pas avoir vu de telles conditions.

Évidemment, l’hiver dur pour nous est difficile aussi pour les plantes. De nombreuses vivaces n’ont pas fait le voyage. Beaucoup d’arbres et d’arbustes ont été soit affectés ou même tués.

Pages