Des moyens naturels pour se débarrasser des insectes de plantes de maison – deuxième partie

Mariette et Michel Quenneville, d.t.a., producteurs en serre

Il n’y a que peu de pestes sérieuses sur les plantes de maison, mais il est parfois difficile de les éliminer.

Dans la chronique précédente, nous vous avons présenté les principaux insectes susceptibles d’infester les plantes d’intérieur durant l’hiver, soit les mouches blanches, les tétranyques, les pucerons, les cochenilles et les moucherons noirs.

Il existe bien entendu des produits chimiques pour se débarrasser de ces pestes. Ces produits sont de moins en moins nombreux sur le marché et souvent ils doivent être systémiques pour réussir, c’est-à-dire des produits qui circulent partout dans la plante une fois appliqués sur celle-ci.

L’application de pesticides exige souvent que l’on sorte la plante à l’extérieur pendant un bon bout de temps. Or ici, nous voulons essayer de limiter les infestations ou même de les éliminer par des moyens physiques ou naturels.

Commençons par les moucherons noirs (les "fongicoles", comme les appellent les Français). En laissant sécher le terreau, les larves de ces moucherons mourront et éventuellement les adultes qui volent disparaîtront. Ces moucherons sont faciles à éliminer.

Allons-y maintenant avec les cochenilles, réputées très difficiles à se débarrasser. Elles demandent un traitement avec des produits chimiques systémiques, qui circulent partout dans la plante. Nous pouvons bien badigeonner à l’aide d’un Q-Tip imbibé d’alcool les insectes mais il en reviendra toujours. Une façon logique de procéder est de détruire une plante très infestée avant que les insectes n’envahissent les autres plantes.

Les tétranyques sont également difficiles à contrôler. Nous avons déjà parlé d’immersion des plantes dans de l’eau. La méthode est applicable ici. En plongeant la plante dans l’eau avec un peu de savon biologique ou à vaisselle pendant longtemps, jusqu’à une demi-heure, les araignées miniatures suffoqueront et beaucoup de leurs œufs périront. Nous pouvons répéter l’opération à l’occasion. À surveiller le savon, car son application répétée peut brûler les feuilles. L’immersion dans l’eau pure est aussi efficace.

Un bon moyen de contrôler les pucerons est de les arroser avec un jet d’eau assez fort. Ces derniers seront délogés et beaucoup de leurs œufs disparaîtront. Leurs parties buccales seront alors détruites et l’insecte même s’il remonte sur la plante ne pourra pas se nourrir à nouveau. À répéter lorsque nécessaire. Lorsque le jet d’eau ne brise pas la plante, ce traitement est complètement inoffensif pour les plantes.

Essayons maintenant de limiter les dégâts causés par les mouches blanches. Elles deviennent de plus en plus résistantes aux pesticides si bien que si vous n’êtes pas agriculteurs, vous ne pourrez pas vous procurer des produits le moindrement efficaces. L’application des produits naturels, tels que le savon insecticide, diminuera l’infestation.

Une méthode de contrôle physique serait de sortir les plantes infestées à l’extérieur, par temps doux évidemment, sans les brasser trop pour ne pas effrayer les insectes, et les arroser avec un jet fort d’eau pour déloger le plus d’insectes adultes possible qui volent et enlever le maximum de larves en dessous des feuilles.

Après, l’immersion dans l’eau ou dans l’eau avec du savon insecticide détruira beaucoup de ces larves et de ces œufs résiduels. Répéter l’immersion avant que les adultes n’émergent de nouveau des larves restantes.

Enfin, il faut faire attention lorsque vous rentrez les plantes en automne pour ne pas aussi rentrer ces pestes que vous aurez beaucoup de misère à vous débarrasser ensuite.

2004-01-21
Catégories :