La préparation des jardins de fleurs pour l’hiver

Mariette et Michel Quenneville, d.t.a., producteurs en serre

L’automne est déjà arrivé et on se demande quoi faire pour que nos plantes passent un meilleur hiver.

Les plantes vivaces, les arbustes et les arbres classés en zone 3 ou 2 n’ont pas besoin de protection hivernale. Donc, on les ignore l’automne venu et on leur fait le ménage le printemps suivant.

Les plantes classées pour la région 4 sont un peu plus fragiles, mais devraient passer l’hiver. Les vivaces ont besoin d’au moins une bonne couche de neige. Comme déjà mentionné dans une chronique précédente, il ne faut pas couper les vivaces à l’automne car les feuilles et les tiges qui gèlent s’effondreront sur les racines de la plante et la protégeront. Les arbres et arbustes demanderont probablement une bonne taille le printemps venu. Les tiges supérieures souvent ne résisteront pas et devront être coupées, question de garder la plante propre et exempte de bois mort qui développera un nid à maladies.

Les vivaces de zone 5 auront besoin, normalement, d’une bonne protection hivernale. Géotextile, paille, branches de conifères, feuilles mortes mélangées avec des branches pour empêcher la compaction feront bien l’affaire. Le tout évidemment couvert par une bonne couche de neige aussitôt que possible et persistant assez tard.

Arbres et arbustes de zone 5 ont besoin de protection ou du moins seront plantés à l’abri des vents froids d’hiver. Ces derniers viennent généralement du nord, du nord-ouest, moins souvent de l’ouest.

Une bonne protection consiste en une boîte en bois ou mieux un géotextile recouvrant la plante. Il ne faut jamais installer la protection avant le milieu du mois de novembre et on devrait l’enlever avant le milieu avril.

Sur le vaste marché des plantes, il existe des vivaces, des arbustes ou des arbres pour la zone 6. Ces derniers ont définitivement besoin d’une très bonne protection pour l’hiver. Un bon exemple en est l’hibiscus en arbre, le “Rose of Sharon que les horticulteurs connaissent bien. Fleurissant vers la fin de l’été et en automne, l’hibiscus en arbre vaut vraiment la peine qu’on s’y attarde pour le protéger convenablement.

Il existe des endroits dans notre jardin, parfois des endroits dans un comté ou une ville qui sont bien à l’abri du vent froid d’hiver, réchauffé par un édifice bien placé par rapport aux plantes fragiles et où l’on peut cultiver des plantes très fragiles. Ce sont des microclimats. Sachez les reconnaître et vous serez surpris de voir des plantes fragiles y survivre très bien!

Nous parlerons davantage de protection hivernale dans un prochain article.

2003-11-05