Le papyrus, vous connaissez ?

Michel Quenneville, d.t.a., producteur en serre

Son nom latin : Cyperus alternifolius.

Son origine : Égypte, avec des variétés américaines.

Une plante intéressante qui vaut la peine d’être utilisée en aménagement paysager.

Le papyrus ressemble un peu à un bambou avec ses longues tiges et à un palmier avec ses feuilles délicates découpées en palme.

C’est une plante aquatique émergente ou marginale que l’on peut planter dans un bassin d’eau. On peut aussi tout simplement y mettre le pot dans l’eau. En plein soleil elle poussera très forte et plus courte. Bien entendu, le papyrus n’est pas vivace et doit être rentré à l’intérieur en hiver si nous voulons le conserver.

Comme plante d’intérieur, le papyrus a très belle apparence et remplace avantageusement les plantes tropicales connues. On arrose simplement la terre avant qu’elle ne devienne trop sèche et on fertilise légèrement.

Le papyrus poussera plus fort s’il est placé dans un endroit qui reçoit beaucoup de lumière. Avec moins de lumière, les longues tiges seront plus faibles et devront être attachées.

La variété égyptienne devient très longue : jusqu’à deux mètres. Une variété américaine est beaucoup plus courte avec un feuillage un peu moins vert.

Le papyrus se propage en mettant les feuilles à l’envers dans l’eau et en ne laissant qu’un bout de la tige. Le restant de la tige peut être coupée au ras du sol. Même si beaucoup de tiges sont éliminées parce qu’elles sont pliées en deux, ça ne paraîtra pas et de toute façon le plant de papyrus envoie sans cesse des repousses de la base.

C’est une plante qui était utilisée pour faire du papier dans l’Égypte ancienne et qui maintenant s’utilise avantageusement comme plante d’ornement.

Vous auriez intérêt à l’essayer.

Dans une prochaine chronique nous parlerons du Staevia, cette plante qui remplace le sucre. Elle est beaucoup plus sucrée que le sucre lui-même, sans en être et sans en avoir les propriétés néfastes.

Une autre plante à découvrir…

2002-08-21
Catégories :