Pour en finir avec la pourriture apicale de la tomate

Mariette et Michel Quenneville, producteurs en serre

Comme vous le savez bien, il existe de nombreuses maladies chez la tomate.

Souvent, ce sont des maladies fongiques qui attaquent les feuilles et les fruits qui deviennent mous, aqueux et finissent par pourrir. Il existe également des maladies virales, moins visibles, mais qui réduisent le rendement.

Bien que tous les jardiniers connaissent le problème de la pourriture apicale, peu se doutent que ce dernier n’a rien à faire avec une maladie. C’est un problème physiologique: une carence en calcium, causée par un arrosage irrégulier, est la cause de ce problème très commun.

La pourriture apicale (“blossom end rot) fait en sorte que la tomate noircit en dessous, qui est la partie où était la fleur, comme le terme anglais le suggère. Le fruit noircit parfois sur une petite partie ou parfois sur une bonne moitié. Le fruit devient toujours non comestible. Lorsque le problème est sérieux, à peu près tous les fruits y passent.

Un arrosage irrégulier est à la base du problème. Beaucoup d’eau pour une période de temps, suivi par un manque d’eau sur une période prolongée fait que la plante n’absorbe pas bien le calcium du sol et le problème devient sérieux.

La solution

Une application à toutes les semaines d’une solution de nitrate de calcium corrigera la situation. La dose recommandée lorsque l’on applique un engrais soluble est d’une cuiller à table par gallon d’eau (5 litres).

Il convient de mouiller le plant et surtout de bien arroser le pied du plant pour bien mouiller ses racines.

L’engrais soluble est assimilé très vite par les racines de la plante mais aussi par le feuillage, d’où le bienfait de les mouiller.

Une trop grosse quantité d’engrais dans l’eau, par contre, aura pour effet de brûler vos plants.

Il y a lieu, comme moyen préventif, d’appliquer du nitrate de calcium à toutes les semaines ou aux deux semaines, et vous ne verrez jamais une tomate avec son bout noir.

2003-06-18