Que dois-je faire pour contrôler les insectes dans mon potager?

Mariette et Michel Quenneville, producteurs en serre

Une lectrice du journal Agricom nous a récemment posé une question sur le contrôle des insectes dans le potager. La réponse n’est pas simple du moins pour celle ou celui qui ne veut pas utiliser de pesticides chimiques conventionnels.

Si vous voulez, commençons par l’approche la plus simple. Lorsqu’il y a des insectes, on applique des produits chimiques, en prenant soin de bien lire l’étiquette et en connaissant (du moins un peu) la peste à contrôler.

Il existe de moins en moins de pesticides sur les tablettes, donc le choix en est pour autant diminué.

Prenez garde d’utiliser un pesticide qui va sur les produits comestibles, et de respecter le délai entre le dernier traitement et la récolte.

Des produits disponibles, le Sevin revient souvent. Il s’utilise sur de nombreux fruits et légumes et bien entendu sur les plantes ornementales. Son ingrédient actif, le carbaryl, est utilisé dans différentes formulations.

Il faut toutefois prendre note d’une information pertinente à propos du Sevin, qui n’est pas indiquée sur le contenant: Sa dose létale (DL), une mesure de sa toxicité est assez haute, quelque chose comme 440 si ma mémoire est bonne. Ceci représente la quantité de produits nécessaire pour tuer un animal, en tenant compte de son poids. Donc, un produit avec une DL très bas, comme 10, 20 ou 30 est extrêmement toxique et un autre avec une DL de 800-1000 ou plus n’est que faiblement toxique.

Maintenant, une autre option d’utilisation des produits naturels, soit les savons insecticides, les produits naturels à base de plantes ou autres.

La compagnie Safer a développé beaucoup de produits complètement sécuritaires.

Les savons insecticides purs ou en mélange avec un insecticide naturel ou de nombreuses "potions" fabriquées à la maison contrôlent généralement par contact. Donc, il faut que le produit touche à l’insecte.

Ils sont d’efficacité moyenne mais utilisés de plus en plus par les jardiniers amateurs à cause de leur sécurité.

Dans un petit jardin, la façon très sécuritaire et simple de procéder est l’élimination physique des insectes. On ramasse les insectes que l’on détruit (avec des gants si vous n’aimez pas les toucher).

Le doryphore de la pomme de terre (la bibitte ou bête à patate) et la piéride de chou (ces vers qui bouffent les choux) peuvent facilement êtres ramassés à la main.

Les pucerons peuvent être chassés en projetant de l’eau sur eux. Ils tombent par terre et parce qu’ils auront leurs parties buccales brisées, ils vont mourir.

Une dernière approche s’appelle la lutte intégrée. Elle consiste à utiliser tous les moyens à la portée pour contrôler les pestes. Les contrôles physiques, biologiques, et chimiques souvent en dernier recours, sont utilisés. Cela suppose une bonne connaissance de la peste à contrôler.

Bien entendu, l’avenir des productions légumière et fruitière réside dans la lutte intégrée.

En espérant, chères lectrices et chers lecteurs, que je ne vous ai pas trop mélangé et merci de nous adresser vos questions via le journal Agricom!

2004-09-15
Catégories :