Votre jardin de fleurs sauvages indigènes

Mariette et Michel Quenneville, producteurs en serre

La tendance de demain sera certainement de donner plus d’importance aux fleurs sauvages. Celles qui fleurissent suffisamment et bien entendu celles qui ne sont pas des mauvaises herbes.

Après avoir planté une centaine de variétés de hostas (sur les 1500), une trentaine de variétés d’hémérocalles sur plusieurs centaines, et ainsi de suite… les horticulteurs avertis se tourneront bientôt vers les plantes indigènes, disposées de façon scientifique, respectant ainsi la quantité de soleil qu’elles ont besoin et le type de sol qu’elles requièrent.

Il faut savoir que presque toutes les plantes ornementales que nous utilisons sont en fait des plantes sauvages beaucoup modifiées ou un peu, pour avoir une floraison prolongée et des fleurs plus grosses et plus voyantes.

Or ces plantes souches, ces vraies plantes, ont leur place dans la nature et en auront une de choix dans nos jardins très bientôt.

Voici quelques exemples très pratiques:

Cornouiller du Canada (Bunch berry): plante basse, fleurs blanches au début, donnant des fruits rouges à la fin de l’été. Pour endroits semi-ombragés et frais.

Gingembre sauvage (wild ginger): plante basse, de sous-bois riches, fleurs printanières de mars à juin.

Petit prêcheur (Jack in the pulpit): plante retrouvée dans les bois humides, ornée d’une fleur originale en forme de spathe (tube évasé) rayée, coiffée d’une languette. Ses fruits sont des baies écarlates et brillantes.

Vinaigrier (Sumac): Tous le reconnaissent avec ses fleurs en cônes allongés blanc-verdâtre et ses fruits rouges. Cette plante remplit bien un coin au soleil ou à la mi-ombre. Pas mal pour une plante que jadis l’on considérait indésirable…

If du Canada (ground hemlock): conifère au port bas retrouvé dans les boisés, donc pour l’ombre, s’étalant sur plusieurs pieds, agrémentés de fruits rouges non comestibles.

Trille (Trillium): plante emblème de l’Ontario, également protégée. Par contre, le trille se vend comme plante ornementale cultivée en serre ou en pépinière, à fleurs rouges ou blanches, apparaissant très tôt le printemps. Elles nous rappellent que l’hiver est enfin fini et que les beaux jours s’en viennent.

Sabot de la vierge (Lady’s slippers): Cette présentation ne serait pas complète si on ne parlait pas du sabot de la vierge. Une orchidée indigène somptueuse retrouvée surtout dans les érablières; bois secs et humides. Floraison d’avril à juillet. Après l’avoir cultivée en plate-bande moi-même il y a une vingtaine d’années, je peux vous dire qu’elle résiste bien, en condition ombragée, à semi-ombragée. Il existe en fait beaucoup d’orchidées sauvages qui pourraient être utilisées en aménagement.

Voici seulement quelques exemples qui nous donnent l’eau à la bouche. Vraiment, la nature nous réserve de bien belles surprises!

2004-08-04
Catégories :